Fr
En

ChatGPT, An 1

C’était il y a un an, mais c’est comme si un siècle s’était déjà écoulé.

 

Survenue en novembre 2022, la révolution ChatGPT est de plus en plus souvent comparée à celle du microprocesseur, à la naissance d’Internet, et même à l’invention de la machine à vapeur.
Et pourtant, on sous-estime encore sans doute son niveau d’adoption réel au sein du grand public. Un chiffre pour en prendre conscience : 80% des adolescents utilisent l’IA générative au Royaume-Uni, et parmi eux, 40% des 7-12 ans (source Ofcom).

 

La société d’études Insider Intelligence anticipe que d’ici la fin de l’année, le quart des internautes américains, soit 80 millions de personnes, utiliseront l’IA générative au moins une fois par mois, contre 8 % à la fin de 2022. En 2024, ils seront 33%, et parmi eux, la plupart le feront sur leur lieu de travail.

 

L’usage individuel progresse fortement au sein des entreprises, où ChatGPT a fait une entrée fracassante, y compris en France. 58% des employés français avouent utiliser l’IA générative en dehors d’un cadre défini par leur employeur, révèle une étude Salesforce qui vient de paraître. Pire, ils seraient près d’un sur deux (49%) à avoir eu recours à des outils interdits par l’organisation qui les emploie. Autre enseignement marquant de cette enquête : 71% des salariés français ont déjà présenté des travaux effectués par l’IA générative comme étant… les leurs. Ces chiffres viennent percuter la frilosité qui persiste au sein des entreprises hexagonales. Selon Les Echos, seules 15% d’entre elles se sont réellement penchées sur l’IA générative.

 

Au-delà des problématiques de régulation et de confidentialité des données qu’il ne faut pas négliger, ce décalage entre l’usage grand public des IA génératives et leur adoption dans toutes les strates des organisations et au sein des PME pose question. Si l’utilisation de l’IA n’est pas une nouveauté dans les grands groupes, ChatGPT la démocratise pour l’ensemble des salariés, bien au-delà des services IT. Les dirigeants doivent en prendre conscience pour transformer cette révolution en un atout, et libérer la créativité de leurs équipes. Il n’y a plus de temps à perdre.