Fr
En

Psychodrame OpenAI : si vous avez manqué le début…

Le 22 novembre dernier, le fondateur du TEDxParis résumait dans un thread sur X les derniers épisodes de la « Saga Sam Altman » chez OpenAI (on notera au passage que cette crise a été largement commentée et disséquée sur X, comme quoi le réseau social d’Elon Musk est loin d’être mort).

 

Si vous avez manqué des étapes, ou si vous étiez en vacances dans une grotte, en voici la retranscription :

 

 

 

«-Vendredi : Altman est viré par le board d’OpenAI
-Samedi : l’onde de choc se propage… quelles conséquences pour l’écosystème IA ?
-Dimanche : pourparlers pour un retour au poste de CEO
-Lundi : arrêt des discussions, Altman ne reviendra pas chez OpenAI
-Lundi : quelles conséquences pour l’IA Generative ?
-Lundi : 💥Altman & Brockman rejoignent Microsoft
-Lundi : le deal avec Microsoft n’est pas signé un possible retour chez OpenAI est encore possible
– Mercredi : Altman revient chez OpenAI et un nouveau board est nommé.»

 

Les questions sont encore nombreuses après ces multiples rebondissements. Parmi elles, les détails du licenciement et de la réembauche de Sam Altman, qui restent pour le moins « obscurs », comme le souligne CNN. En effet, le média américain rappelle l’ambiguïté du communiqué publié par OpenAI vendredi, dans lequel était affirmé que Sam Altman n’avait pas été suffisamment « franc » avec le conseil d’administration…

 

Ce limogeage serait dû à une différence d’approche sur la stratégie à suivre. Très agressive pour Sam Altman, plus prudente du côté de l’ancien board, les visions étaient trop divergentes. Autre enseignement : la solidarité sans faille des employés d’OpenAI, prêts à démissionner par centaine pour leur patron, ce qui n’est pas rien.

 

Les grands gagnants de cette crise sont à n’en pas douter le co-fondateur d’OpenAI, et bien sûr Microsoft, qui accroît son contrôle sur la compagnie la plus connue au monde en matière d’IA. « Nous sommes encouragés par les changements apportés au conseil d’administration d’OpenAI », a déclaré le PDG de Microsoft, Satya Nadella. La vision de Sam Altman, qui rappelle en partie le mantra « Move fast and break things » de Mark Zuckerberg en son temps, semble donc avoir raflé la mise.

 

Désormais, la feuille de route est chargée. Après avoir donné la possibilité à chacun de créer ses propres GPTs, Altman ambitionne de créer rien de moins qu’un « iPhone de l’IA ». Le designer de l’iPhone, Jony Ive, et le co-fondateur d’OpenAI seraient en pourparlers pour lever 1 milliard de dollars auprès du conglomérat japonais SoftBank dans ce but.
Comme pour une série Netflix, on attend la prochaine saison des aventures d’OpenAI avec impatience.